Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 



Posté le 03/10/2019 à 10:00 par EMMANUEL MAUMON - Lu 2133 fois - 3 commentaires


Les Journées AVEM de l’électro-mobilité placent l’usager au cœur des débats


Organisées les 26 et 27 septembre à Cagnes-sur-Mer, les Journées AVEM de l’électro-mobilité étaient cette année centrée sur les défis actuels et futurs que la mobilité électrique doit relever pour prendre véritablement son essor. Si la première journée était principalement consacrée aux défis industriels et technologiques (cf. l’article publié lundi), la seconde journée s’est intéressée au défi sociétal et a placé l’usager au cœur des débats.
Les intervenants des différentes tables rondes ont notamment mis en lumière la nécessité pour les différents acteurs de l’ensemble de la filière de répondre aux attentes des usagers. Quoi de mieux pour cerner ces attentes que de donner la parole à un représentant des conducteurs de véhicules électriques. Des utilisateurs de bornes de recharge qui subissent en première ligne les dysfonctionnements rencontrés sur les différents réseaux français, comme ceux qui ont touché cet été le réseau Corri-Door exploité par Izivia. Des usagers qui rencontrent encore des difficultés pour pouvoir se recharger en copropriété même si des solutions commencent à émerger.


Les usagers expriment leurs attentes

Alors que la parole leur est rarement donnée dans les colloques sur l’électro-mobilité, l’AVEM avait choisi d’inviter un représentant de l’ACOZE France, l’Association des Conducteurs de véhicules Zéro Emission qui, depuis sa création en 2014, s’est fixée pour objectif d’apporter des solutions et des remarques utiles pour favoriser l’avènement de la mobilité électrique. Un représentant qui est loin d’être un inconnu puisqu’il s’agit de l’ancien Directeur du SyDEV qui, en Vendée, fut l’un des premiers syndicats d’énergie à mettre en œuvre un plan de déploiement de bornes de recharge. Depuis qu’il a pris sa retraite, Pascal Houssard continue de s’intéresser au développement de la mobilité électrique au travers d’un engagement associatif.
Au cours d’une intervention très remarquée, il a pointé du doigt les difficultés rencontrées par les possesseurs de véhicules électriques qui, malgré les près de 28 000 bornes accessibles au public en France, ont toujours un sentiment d’insécurité lors de leurs déplacements en itinérance. Des difficultés dues principalement à un maillage des infrastructures de charge incohérent avec notamment une insuffisance de bornes rapides ou ultra-rapides, mais aussi à un parcours client devant la borne qui n’est pas satisfaisant (fragilité des trappes, manque d’harmonisation sur le positionnement de la carte RFID, écrans invisibles en plein soleil, etc..), ce qui démontre que le client usager n’est pas assez souvent au centre des préoccupations des opérateurs de mobilité. Les différents réseaux manquent par ailleurs de fiabilité car 90% de bon fonctionnement, ce n’est pas suffisant.



Izivia s’explique sur les dysfonctionnements de cet été

Symboles des difficultés rencontrées lors des déplacements en itinérance, les graves dysfonctionnements cet été du réseau de charge rapide Corri-Door implanté sur les principaux axes autoroutiers. Le nouveau Directeur du déploiement chez Izivia est venu expliquer l’origine de ce réseau qui, avec plus de 200 bornes rapides et un maillage régulier d’à peu près une borne tous les 80 kilomètres, joue un rôle majeur dans les déplacements longues distances des véhicules électriques. Pour Michel Cozic, les difficultés rencontrées cet été sont liées à une accumulation de circonstances défavorables.
Le réseau a tout d’abord connu une hausse très sensible de la fréquentation et les bornes ont été extrêmement sollicitées, ce qui les a sans doute fragilisées d’autant plus que les fortes chaleurs n’ont pas facilité les choses. Mais la responsabilité principale du problème incombe au fabricant des bornes de recharge qui, à la demande d’un constructeur allemand dont les voitures arrivent sur le marché, a effectué de sa propre initiative des modifications pour que ces véhicules puissent se recharger sur ces bornes. Une mise à jour logicielle catastrophique qui a mis 80 bornes hors service. Pour couronner le tout, le service après-vente de ce fabricant s’est aussi révélé totalement défaillant avec une absence de pièces détachées et des délais très longs pour en obtenir. Conscient de la gêne occasionnée à ses clients, Izivia s’attache à régler ces problèmes au plus vite et à rendre progressivement opérationnelles toutes les stations du réseau.



Des solutions pour la recharge en copropriété

Un autre obstacle à surmonter pour les possesseurs de véhicules électriques concerne la recharge en copropriété. Aujourd’hui, dans leur immense majorité, ils souhaitent pouvoir recharger leurs véhicules à domicile. Si cela ne pose pas de difficulté majeure en habitat individuel et devient relativement aisé dans les immeubles neufs en raison de nouvelles normes imposant le pré-équipement des parkings en points de charge, cela reste un véritable parcours du combattant lorsqu’on réside dans une copropriété existante. Si le droit à la prise existe, il est nécessaire de passer par un vote en assemblée générale avec des délais à n’en plus finir. Lueur d’espoir avec le programme Advenir qui, après un léger retard à l’allumage prend sa vitesse de croisière et étend même son rayon d’action en subventionnant désormais, en plus de l’installation de bornes, le câblage au sein des copropriétés.
Enedis s’efforce aussi de faciliter la recharge en copropriété en montrant notamment comment l’équipement en bornes pouvait demain être une solution à l’augmentation de la demande en énergie liée à l’apparition de besoins nouveaux. Responsable de projets territoriaux au sein d’Enedis Côte d’Azur, Frédéric Olive a également fait part du travail réalisé pour créer deux référencements de raccordement. D’une part, l’installation d’un réseau taillé pour recevoir à terme les IRVE de toute la copropriété et, d’autre part, la création de points de livraison susceptibles d’alimenter des grappes d’IRVE. Le compteur Linky pourrait aussi être un formidable levier pour le développement des IRVE. Enedis mène d’ailleurs une expérimentation sur le couplage d’un compteur Linky entre un logement et la borne installée dans le parking appartenant au même propriétaire. Un moyen de mutualiser les puissances et de limiter les coûts d’abonnement. Une solution qui prendra tout son sens demain avec le V2G lorsque les véhicules électriques seront bidirectionnels.



Le free-floating, une réponse adaptée pour les grandes métropoles

La mobilité électrique ne concerne pas uniquement la mobilité individuelle mais est aussi très présente dans la mobilité partagée. Elle commence à faire sa place dans les transports en commun et le développement de bus électriques devrait être très rapide dans les années à venir. Elle gagne aussi du terrain dans la mobilité douce avec notamment l’apparition de nombreux services de location de vélos ou de trottinettes électriques. Un développement parfois anarchique, mais qui devrait progressivement être encadré par les différentes collectivités qui pourront imposer des cahiers des charges aux opérateurs.
Bon nombre de ces services utilisent le principe du free-floating permettant de géolocaliser un véhicule disponible à proximité et de mettre fin à la location n’importe où à l’intérieur d’une zone de restitution. Une technologie utilisée avec succès à Marseille par Totem Mobi. Son Directeur Général, Cyril Estrade, présenta les résultats de ce service fonctionnant avec 180 Renault Twizy, un véhicule idéal pour les petits trajets en milieu urbain. Un service en auto-partage réalisant près de 300 locations/jour avec un trajet moyen de 7 km, pour une durée d’une vingtaine de minutes facturé 4 euros. Après Marseille, Cyril Estrade a annoncé que ce service ferait bientôt des petits à Avignon, notamment pour faire la liaison entre la Gare TGV et le centre-ville. Un lancement au printemps prochain avec une trentaine de Twizy et un objectif d’une centaine dans les 3 ans.





Mots clés : Mobilité électrique | Véhicules électriques | AVEM | Journées AVEM | ACOZE France | Izivia | Enedis | Totem Mobi



Commentaires

Posté le 03-10-2019 à 14:36:39 par JLPouchin

Sentiment partagé concernant l’usager qui n’est pas mis au centre du développement des bornes de recharge.

Posté le 03-10-2019 à 15:27:58 par Christophe

Pour ma part j’espère que des partenariats entre des opérateurs de mobilités (tels que Renault Mobilty ou Free2Move) et Effia (parking dans les gares) vont se développer, à l’instar de ce qui est fait en gare de Poitiers.
Pour information EFFIA est détenu par KEOLIS lui-même détenu à 70 % par SNCF.
Et là je me dis que finalement les gares TGV au milieu des champs ce n’est pas si mal que cela, cela évite par exemple de devoir repartir en voiture de la gare d’une grande métropole pour aller dans la préfecture du département d’à côté ou la sous-préfecture du même département mal desservies en train.
Dans ce cas des voitures électriques même avec des batteries de 30 kWh sont tout à fait adaptées.

Posté le 03-10-2019 à 16:04:56 par Robertcata

L’usager appréciera de lire facilement les panneaux des bornes trop souvent orientés plein sud... un erreur de 180 degrés. (problème évoqué par ailleurs par l’ancien directeur du SyDev de Vendée.

L’usager appréciera de ne pas attendre trop longtemps que la borne se libère. Cela passe par des véhicules efficients, masse, Cx, maître bau minimaux. A quand des articles mentionnant ces indicateurs, plutôt que le temps du 0 à 100 Km/h, ce dont je me moque entièrement en tant qu’usager n’envisageant pas de participer à des rallyes.
Donc, j’espère que prochainement nous pourrons lire des dossiers sérieux sur le site de l’AVEM. Passer de 90 à 110 Km/h sur autoroute c’est 32% de consommation en plus pour un véhicule des plus efficients du marché. Les gros SUV électriques ou hybrides sont les Concordes de l’automobile.



Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
Evènement partenaire
Ever Monaco
Ever Monaco
Du 28/05/2020 au 30/05/2020 - Grimaldi Forum, Monaco

EVER de Monaco est un événement organisé chaque année par l'association MC2D (Monaco Développement Durable). Le salon est entièrement dédié aux véhicules écologiques et...
A lire également / sur le même thème Les perspectives de développement de la micromobilité
Au travers de son Centre pour la Mobilité Future, le cabinet de conseils McKinsey fournit régulièrement des informations de pointe afin de façonner l’avenir des...
OppCharge, une solution normalisée pour la recharge des bus électriques
Alors que l’acquisition de flottes de bus électriques se développe fortement en Europe pour répondre aux exigences de la lutte contre le réchauffement climatique et...
Mobilité durable : Partenariat CCI Marseille Provence/Totem Mobi
Jean-Luc Chauvin, président de la CCI Marseille Provence, et Emmanuelle Champaud, présidente de Totem Mobi, ont signé une convention de partenariat jeudi 28 novembre...
Des navettes 100% électriques pour l’Aéroport de Nice
Dans le prolongement de nombreuses actions qui lui ont permis de devenir le premier aéroport de France à atteindre la neutralité carbone et de son engagement à atteindre...
Un rapport sur l’intégration de la mobilité électrique
Enedis vient de publier un rapport sur l’intégration de la mobilité électrique dans le réseau public de distribution d’électricité. Un rapport qui intervient dans un...
Retrouvez nous sur Facebook

 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact