Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 



Posté le 17/01/2019 à 09:38 par Philippe Schwoerer - Lu 3518 fois - 12 commentaires


Rémi Pillot commente la création de l’AIRe pour la conversion électrique


Quatre entreprises françaises pionnières de la conversion de véhicules thermiques en électriques (Brouzils Auto, Carwatt, Ian Motion et Retrofuture Electric Vehicles) viennent de créer l’AIRe, une association qui milite pour un cadre légal permettant d’exercer leur activité. Selon les partenaires, leur art s’inscrit tout à la fois dans les sillons de la mobilité et le développement durables, l’économie circulaire, et la loi d’orientation des mobilités. Ingénieur, Rémi Pillot est pleinement concerné par le combat de l’AIRe. En compagnie de l’architecte Alexandra Perfettini, il s’active, après avoir converti ensemble à l’électrique un Volkswagen Combi T3, à boucler le budget et les préparatifs pour réaliser une première mondiale : un « tour du monde en autonomie complète et sans émission carbone ». Adhérent de l’Avem, connaissant Jérémy Cantin et Gérard Feldzer, respectivement à la fondation de Brouzils Auto et Carwatt, il commente pour nos lecteurs la création de l’AIRe

Roumanie

Le projet, déjà bien avancé d’Alexandra et Rémi, illustre parfaitement la situation particulière française au sujet de la conversion en électriques de véhicules initialement immatriculés en modèles diesel ou alimentés à l’essence. Leur tour du monde qui commencera à Marseille (13) nécessite que leur Transporteur T3 soit homologué. « Nous attendons un camion qui doit le transporter chez un professionnel en Roumanie où il sera homologué, nous permettant de circuler dans toute l’Europe. J’aurais pourtant souhaité que notre Combi conserve son immatriculation française. C’est pour cela que nous soutenons totalement l’AIRe », explique Rémi Pillot. Le professionnel qu’il mentionne n’est autre que Marc Areny, ce Perpignanais qui est parti pratiquer la conversion électrique en Roumanie, en particulier sur des Logan, parce que ce n’était pas possible en France.



En rouge sur la carte de l’AIRe

Les partenaires de l’AIRe ont dressé une carte d’Europe en distinguant par un code couleur les pays selon leur permissivité au sujet de la conversion électrique. En vert le Royaume-Uni qui autorise librement l’opération contre une simple déclaration aux autorités compétentes, en orange ceux (Allemagne, Autriche, Belgique, Espagne, Estonie, Italie, Portugal, Roumanie, Suède, Suisse, etc.), les plus nombreux, dans lesquels la conversion individuelle est possible après validation d’un dossier technique. En rouge, isolée au beau milieu de pays frontaliers permissifs : la France. Attendant encore la confirmation pour plusieurs territoires, l’AIRe avait déjà recensé, au début de ce mois de janvier 2019, 22 pays à travers le monde qui favorisent la transformation de véhicules considérés aujourd’hui comme particulièrement dangereux pour l’environnement et la santé publique.

Acteurs de l’industrie du rétrofit électrique

Les 4 acteurs de l’industrie du rétrofit électrique qui forment l’AIRe militent « pour faire connaître auprès des autorités publiques, du monde économique et du grand public les intérêts multiples de la transformation des véhicules thermiques en électriques », et s’activent à « agir pour adapter la réglementation et faciliter enfin les démarches administratives permettant le développement de cette activité ». Concernant la France, ils rapportent : « Elle met tellement d’obstacles [à la conversion] qu’elle interdit de fait le développement de cette filière (PME, industriels et les créations d’emplois associés), qu’elle laisse à nos voisins ». Rémi Pillot commente : « Nous faisons notre conversion dans notre coin, mais nous sommes tout à fait conscient qu’il faut un cadre légal. Il y a des dangers à intervenir sur de la haute tension. Plus tard, en revenant de notre tour du monde, je serais très contents de jouir d’un tel cadre pour d’autres projets et de confier mes prochaines conversion à des entreprises françaises spécialisées ».



Réhabiliter

« Ne pas détruire, mais réhabiliter des véhicules en parfait état de fonctionner ». Rémi Pillot est particulièrement sensible à cet argument mis en avant par les 4 professionnels réunis dans l’AIRe afin d’éliminer un gaspillage en énergie et en matières premières : « J’interpelle régulièrement sur cette problématique les députés autour de Marseille où nous habitons. Mais les politiques me demandent des dossiers que je n’ai pas le temps de rédiger alors que nous sommes en pleine préparation de notre aventure. L’AIRe a déjà commencé à produire des documents qui me permettront de faire bouger les choses à mon niveau ».

Démocratiser le véhicule électrique et la conversion

« Les professionnels de l’AIRe ont un rôle spécifique majeur en intervenant auprès des autorités compétentes pour faire bouger la législation sur la conversion. De notre côté, nous militons pour la démocratisation de la mobilité électrique », souligne Rémi Pillot. Ian Motion convertit des Austin Mini, Brouzils Auto s’est attaqué à une ancienne Volkswagen Coccinelle, Retrofuture Electric Vehicles travaille aussi, entre autres, sur des voitures populaires des seventies : Est-ce que ces choix ne participent pas à la démocratisation de la mobilité électrique ? « Oui, tout à fait ! Plus les véhicules à convertir seront légers, plus ils seront efficients. En outre, électrifier les véhicules anciens permet de préserver le patrimoine roulant avec une utilisation possible sur les routes et plus vertueuse », répond notre interlocuteur.



Des chances d’aboutir

Les professionnels de l’AIRe se montrent confiants quant à une évolution positive de la législation vers la conversion électrique. « Je partage l’idée d’une prise de conscience du gouvernement. On sent qu’il y a une véritable accélération autour de ça. Je suis vraiment confiant aussi sur les capacités de réussite de l’AIRe. Notamment avec toutes les discussions actuelles pour mettre en place la loi sur l’orientation des mobilités », abonde Rémi Pillot. « Quand nous serons en train de réaliser notre tour du monde, nous serons heureux de penser qu’en France une association se mobilise pour aider à faire évoluer la législation vers la conversion électrique », se projette-t-il.

Nano et Eve

Nano, c’est le Volkswagen T3 de 30 ans d’âge converti par Alexandra Perfettini et Rémi Pillot. « Il roule depuis septembre 2018, mais nous continuons à le fiabiliser », confie ce dernier. Comme l’objectif principal des 2 globetrotters est de « montrer que les énergies renouvelables sont des solutions viables à nos problèmes de transports et de besoins énergétiques », Nano est associé à Eve, une remorque solaire qui reste encore à réaliser. « C’est elle qui va produire toute l’énergie dont nous aurons besoin pendant notre voyage. Elle va assurer l’autonomie énergétique du T3. Mais elle va embarquer aussi que quoi alimenter différents consommateurs électriques en 230 V alternatif. Nous pensons avec cela aider des villages et des dispensaires sur notre passage qui auraient des besoins en courant », détaille notre interlocuteur. Les panneaux embarqués sont dimensionnés (14 kWc) pour régénérer en moins de 2 jours les 85 kWh de capacité du pack monté sur le Combi. De quoi permettre de parcourir 300 kilomètres par recharge.



Courant 2019

Le périple imaginé par les 2 aventuriers branchés va traverser, en 2 ans, 30 pays sur plus de 50.000 kilomètres de voies plus ou moins praticables, avec les reliefs les plus divers pour décor. Le départ sera donné dans le courant de la présente année 2019. « Nous sommes encore à la recherche de sponsors et mécènes pour financer la construction de la remorque et le voyage lui-même. Nous attendons des confirmations d’importantes entreprises », justifie Rémi Pillot. « Une campagne participative a été ouverte sur Indiegogo, toujours en ligne. Nous avons dépassé l’objectif des 10.000 euros que nous nous étions fixés ici », rapporte le jeune ingénieur qui souligne que le projet EVWT (Electric Vehicle World Tour) bénéficie du label « ABM - Aventure au bout du monde ».

Voyage militant

« A travers notre aventure, nous cherchons à faire la promotion des énergies renouvelables et de la mobilité électrique, notamment en intervenant dans les écoles. Ces jeunes que nous allons rencontrer, auront des choix à faire demain pour leur avenir. Nous souhaitons leur donner de bonnes bases pour cela. Nous allons leur montrer comment on peut produire une énergie propre avec le Soleil, et ce qu’est un véhicule électrique, pour qu’ils deviennent des acteurs contre le dérèglement climatique », espère Rémi Pillot. Lui et Alexandra ont échangé sur le sujet avec Katherine et Anthony, 2 enseignants qui sont allés à la rencontres des enfants d’Amérique latine, à travers un programme baptisé « EduCarT » et vécu sur le terrain avec un vieux Combi VW de 1975.




Pour plus d'information

EVWT - Electric Vehicle World Tour
Rémi PILLOT
-
-

Tel : 06 77 58 03 51
Mail : ev.worldtour@gmail.com
Site : http://www.evwt.org

EVWT - Electric Vehicle World Tour est adhérent de l'AVEM et soutient nos actions.
Accéder à la fiche adhérent de EVWT - Electric Vehicle World Tour


Mots clés : électrique | véhicule | conversion | AIRe | EVWT | Rémi Pillot | voiture
Catégories : Voiture électrique |

Commentaires

Posté le 17-01-2019 à 09:49:03 par GRGR

Très intéressant cet article, notamment la carte qui démontre hélas que la France est bien le "Pays des Libertés" (perdues)! ! !
Les lobby anti voitures et les administrations tatillonnes ont bien réussi à étouffer toute créativité.
Au delà de la conversion pure et dure, à l’électrique il existe une alternative toute aussi intéressante.
La conversion à l’hybride. Avec 2 moteurs intégrés dans les roues arrières, de nombreux véhicules mythiques s’y prêteraient bien: Par exemple la Méhari, les 2Cv et autres 4L ou Fiat Panda, 205 et 206, Clio ...
Le véhicule ainsi transformé avec un Kit homologué pourrait fonctionner en électrique propulsé par les roues arrières, ou en traction avec sa motorisation d’origine.

Tout les automobilistes ne peuvent ou ne souhaitent pas se payer une Tesla, ou une Lexus hybride.
Pour les trajets de quelques Km que nous faisons tous au quotidien, cette transformation serait utile et économiquement viable.

Posté le 17-01-2019 à 09:57:32 par FBriand

Bravo pour cet article et toutes celles et ceux qui s’engagent sur cette voie , pas le choix que de bousculer l’industrie automobile et faire évoluer notre règlementation en France. Il faut arrêter de détruire des millions de véhicules potentiellement "électrifiable" à faible coût. Belle économie en perspective et avec un bonus non négligeable qu’est le soleil pour recharger tout cela.



Posté le 17-01-2019 à 13:15:55 par ZoéT

C’est pas cohérent de ne pas permettre la conversion électrique. On le fait bien pour le GPL.

Posté le 17-01-2019 à 16:14:54 par VoiD

J’y crois pas trop à la conversion possible en France. J’espère depuis plus de 10 ans. J’ai fait mon installation illégale et en profite loin des yeux.

Posté le 17-01-2019 à 16:39:43 par Robin des bois

"50 000 km 100 % électrique dans 30 pays entre les tropiques et 0 émission de CO2 = zéro empreinte".

Cela commence déjà très mal parce que le dernier point est totalement faux.
Ne serait-ce que par la production de l’électricité mais plus encore pour la fabrication de la nouvelle motorisation et du pack de batterie monté sur le véhicule.

Alors si on veut être "acteurs contre le dérèglement climatique" on commence par ne pas oublier les parties immergées des icebergs et à bien comptabiliser le CO2 en cycle de vie complet.

Posté le 20-01-2019 à 14:05:31 par Philou74

Pour beaucoup de Français cette conversion électrique serait une très bonne solution au vue du coût élevé actuel des VE (exemple la TESLA 3 trop chère pour un retraité comme moi !) Que les pièces encore bonnes, récupérées, soient revendues dans un cycle vertueux vers des pays émergents et le tour est joué ! Pas de gâchis...

Posté le 22-01-2019 à 11:29:53 par Pierre E88

Sacrilège que de transformer des voitures de collection en voitures électriques pour une utilisation fréquente ou quotidienne.

Posté le 22-01-2019 à 14:46:21 par Le Picard

@Pierre E88
Mais non mais non...

Posté le 22-01-2019 à 19:21:33 par P404Cab

L’éternel opposition entre progressistes et conservateurs des voitures anciennes. Je suis pour la possibilité de conversion, mais pas prêt à m’y résoudre.

Posté le 22-01-2019 à 21:59:48 par Gilds

Combien pour une conversion ?

Posté le 23-01-2019 à 08:08:49 par Tickist

Je tiens à féliciter ces jeunes dans leur projet de tour du monde solidaire et à encourager ces entreprises qui se battent pour établir un cadre légal à la conversion électrique.

Posté le 28-01-2019 à 08:37:02 par PCLimmet

J’y crois à cette filière de la conversion électrique. J’aimerais convertir une Talbot Samba cabriolet qui me vient de ma grand-mère.



Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
Evènement partenaire
Journées AVEM de l'électro-mobilité
Journées AVEM de l'électro-mobilité
Du 26/09/2019 au 27/09/2019 - Cagnes-sur-Mer

L’AVEM organise sa troisième édition des Journées AVEM de l’électro-mobilité, qui aura lieu à Cagnes-sur-Mer les 26 & 27 septembre 2019. Cet événement permettra aux...
A lire également / sur le même thème Prime à la conversion : Recentrage sur les modèles électriques
Le décret n°2019-737 daté du 16 juillet 2019 amorce un recentrage sur les modèles les moins émissifs à l’utilisation. En l’état, les dispositions qui entreront en...
Ballard invite ses salariés à acquérir des Toyota Mirai
Implantée au Canada, à Burnaby, dans le district régional du Grand Vancouver, la société Ballard Power Systems s’active à développer des piles à combustible toujours...
L’incroyable GT électrique et autonome de Bentley
Pour fêter les 100 ans de la marque, Bentley présente un concept furieusement luxueux de sportive 100% électrique et 100% autonome que l’on peut tout de même conduire...
Une formation en auto-école pour piloter des trottinettes électriques
A l’origine de cette opération qui a démarré dans 5 villes françaises, l’opérateur de mobilité partagée Circ, anciennement Flash, actuellement en pleine campagne...
Californie : 70 millions pour des bus électriques et la fin des diesel
La commission de l’énergie en Californie débloque une nouvelle enveloppe de 70 millions de dollars (environ 62 millions d’euros) pour faire disparaître plus de 200...
Retrouvez nous sur Facebook

 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact