Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 

Posté le 10/06/2019 à 06:00 par EMMANUEL MAUMON - Lu 1807 fois - 6 commentaires


Seat et Skoda présentent leurs citadines électriques


Alors qu’en ouvrant les réservations de son ID. 3, Volkswagen a lancé le compte à rebours de la mise à disposition du grand public de sa nouvelle famille de modèles électriques, les autres marques du groupe s’engagent aussi dans la voie de l’électrification de leurs gammes. La semaine dernière, Seat et Skoda ont ainsi commencé à dévoiler leurs futures citadines électriques. Des voitures conçues sur les mêmes bases que la Volkswagen e-Up !, mais avec des progrès significatifs en termes d’autonomie.
Loin d’être un hasard, Seat a choisi la Norvège pour présenter la semaine dernière à Oslo, dans le cadre de la première étape du « Seat on Tour », la Mii electric avec laquelle la marque espagnole entend relever les nouveaux défis de la mobilité urbaine. Avec la version électrique de la Citigo e iV présentée quelques temps auparavant, Skoda a sensiblement les mêmes intentions mais semble vouloir faire du prix de sa citadine un atout maître pour séduire le grand public.

Mii électrique, une citadine qui renouvelle la conduite en ville

Avec la Mii électrique qui ouvre la voie à toute une famille de modèles électrifiés que la marque compte lancer dans les années à venir, Seat a pour objectif d’offrir un véhicule prêt à relever les défis de la conduite en ville, et de répondre aux aspirations d’une nouvelle génération de clients qui souhaite une mobilité zéro émission. Grâce à ses dimensions compactes (3m56 de long, 1m64 de large), la Mii électrique offre une grande agilité lors de la conduite et du stationnement. Elle a été conçue pour répondre aux exigences de la conduite moderne, aussi bien lors de la traversée des rues animées d’un centre-ville que lors d’une circulation en banlieue.
Reprenant le flambeau de la Mii à moteur thermique dont la production prendra fin en juillet 2019, son passage à un groupe motopropulseur entièrement électrique ouvre les portes à une expérience de conduite plus respectueuse de l’environnement de la citadine. Outre son absence d’émission de CO2 et ses faibles coûts d’usage, elle allie dynamisme, design élégant, groupe motopropulseur évolué et une forte connectivité. Sa fabrication débutera à l’automne tandis que les premières livraisons sont attendues pour le printemps 2020. Son prix n’a pas encore été dévoilé, mais l’objectif affiché est dans faire un modèle abordable dont le coût serait similaire à celui d’un véhicule thermique du même segment. En outre, la voiture sera également disponible en location longue durée avec une facturation mensuelle.



260 km d’autonomie

La Mii électrique est équipée d’un moteur d’une puissance de 61 kW (83 ch) avec un couple de 212 Nm. De quoi lui permettre de passer du 0 à 50 km/h en 3,9 secondes et d’atteindre une vitesse de pointe de 130 km/h. Par rapport à la Volkswagen e-Up !, elle est surtout dotée d’une batterie lithium-ion d’une capacité énergétique de 36,8 kWh, ce qui lui offre une autonomie de 260 km en cycle WLTP soit 100 km de plus que l’e-Up !
Une autonomie largement suffisante pour un usage urbain et qui peut même lui offrir quelques perspectives d’usage en itinérance, d’autant plus que la batterie est susceptible d’être rechargée à 80% en une heure à partir d’une borne de recharge rapide (40kW). Sur une borne de recharge normale (7,2 kW), il faudra compter 4 heures pour qu’elle retrouve 80% de sa capacité. Côté connectivité, l’application Seat Connect offrira de nombreuses informations à l’utilisateur qui pourra également contrôler la recharge et activer à distance le chauffage ou la climatisation.



La Skoda Citigo passe à l’électrique

Skoda vient également de présenter ce qui sera son premier modèle électrique et, tout comme Seat, la marque a choisi de faire son entrée dans l’ère de la mobilité électrique avec une citadine : la Citigo e-iV. Un premier pas qui sera bientôt suivi de beaucoup d’autres puisque, dès l’année prochaine, Skoda lancera un SUV développé à partir de la plateforme MEB du groupe Volkswagen, et que sa gamme devrait compter 10 modèles électrifiés, dont 6 entièrement électriques, d’ici 2025.
Pour sa citadine électrique, Skoda est parti d’un modèle thermique existant qui n’a pas connu une grande carrière commerciale. En la transformant en une voiture zéro émission, maniable et spacieuse malgré ses dimensions compactes, la marque tchèque espère en faire un véhicule idéal pour les villes modernes. Elle sera déclinée en deux niveaux de finition (Ambition et Style) assez bien dotés en termes d’équipement. Elle devrait être disponible dans les concessions dès la fin de l’année 2019.



L’électrique la moins chère du marché ?

Tout comme la Mii électrique, la Citigo e iV est conçue sur la base de la Volkswagen e-Up !, avec une batterie beaucoup plus performante. Ses caractéristiques techniques et ses performances sont donc assez similaires à celles de la future citadine de Seat. Le moteur électrique a la même puissance (61kW) et la batterie la même capacité (36,8 kW). L’autonomie annoncée est très légèrement supérieure (265 km en cycle WLTP) avec une batterie pouvant être rechargée à 80% en 1 heure sur borne rapide via un chargeur CCS.
Même si elle n’a pas encore dévoilé sa grille tarifaire, Skoda semble vouloir faire la différence avec le prix de sa Citigo e iV. Si le secret est encore bien gardé, il semblerait selon quelques indiscrétions que le constructeur envisagerait de la commercialiser à un prix inférieur à 20 000 € hors bonus écologique, soit moins de 14 000 € pour les clients français, ce qui en ferait la voiture électrique la moins chère du marché. Rendez-vous sans doute à l’automne pour savoir s’il s’agit ou non d’une fake news.





Mots clés : Mobilité électrique | Véhicules électriques | Citadines | Seat | Skoda | Volkswagen | Mii electric | Citigo e iV
Catégories : Voiture électrique |

Commentaires

Posté le 10-06-2019 à 09:52:26 par Daniel

Cela incitera peut-être Renault à commercialiser en Europe sa K-ZE qui correspond à cette catégorie de véhicules urbains électriques. Pourquoi Renault ne pourrait-il pas faire aussi bien que le groupe VW ?

Posté le 10-06-2019 à 10:07:11 par Christophe

C’est juste la conséquence de la règle mal ficelée sur le CO2 votée par nos chers députés européens.

Ce n’est pas un hasard si le constructeur repart de la plateforme existante.

Il décide de faire une croix purement et simplement sur ce segment et de vendre uniquement des électriques qui ne le pénalise pas sur sa moyenne.

Mais au final on se retrouve avec des véhicules plus lourds donc plus émetteurs de particules (on est très loin de la "mobilité zéro émission").

Et les urbains qui ne roulent pas beaucoup et principalement pour des grands trajets, qui se contentent d’une mini-citadine du fait de places de parking étriquées, quand ils vont devoir changer leur véhicule, ils vont faire comment ?

Posté le 10-06-2019 à 10:13:05 par Christophe

Une version essence c’est largement plus de 95 g / km en wltp. En plus c’est largement moins de 1350 kg.
Rien que ce point fait baisser la masse moyenne du constructeur et augmenter son objectif à atteindre (inférieur à 95 g).
Donc le constructeur n’a aucun intérêt à proposer une version essence qui pour être sous les 95 g sera chère puisque devant embarquer de la technologie.
Par contre une version électrique se rapprochant des 1350 kg rapproche son objectif de 95 g, tout en étant considéré à 0 pour les émissions de CO2 et comptant pour 1,67.
Voilà où nous mène la règle bien pensée de nos chers députés européens, les citadines sont alourdies et donc polluent plus.
Et pour les citadins qui achetaient ces voitures faute de place de stationnement le bilan carbone est alourdie.

Posté le 10-06-2019 à 10:14:04 par Christophe

https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/PDF/?uri=CELEX:02009R0443-20180517 from=EN
Regardez bien le calcul de l’objectif CO2 il est bien fonction de la masse avec un point de rotation à 1380 kg.

Le pire c’est qu’ils ne se cachent pas qu’une voiture plus lourde a le droit d’émettre plus qu’un voiture plus légère
https://ec.europa.eu/clima/policies/transport/vehicles/cars_fr
« The binding emission targets for manufacturers are set according to the average mass of their vehicles, using a limit value curve. This means that manufacturers of heavier cars are allowed higher emissions than manufacturers of lighter cars. The curve is set in such a way that the targets for the EU fleet-wide average emissions are achieved. »
Ce qui se traduit par « Les objectifs d’émission contraignants des constructeurs sont définis en fonction de la masse moyenne de leurs véhicules, à l’aide d’une courbe de valeurs limites. Cela signifie que les fabricants de voitures plus lourdes sont autorisés à émettre de plus grandes émissions que les fabricants de voitures plus légères. La courbe est définie de manière à ce que les objectifs fixés pour les émissions moyennes de l’ensemble du parc de l’UE soient atteints. ».
Je n’ai pas trouvé dans la règle une fonction qui redéfinit l’objectif si la masse moyenne du parc européen augmente. Ce qui veut bien dire que l’objectif moyen des 95 g / km ne sera même pas atteint.
Tous les constructeurs jouant actuellement à augmenter leur masse moyenne par des PHEV.

Dans cette règle, il manque un point essentiel : l’usage, qui détermine bien les émissions totales de polluants et de GES.

Posté le 11-06-2019 à 14:56:19 par steph

Et pendant ce temps là, PSA et Renault leur offre un boulevard en envisageant de supprimer leurs petites citadines (108, C1 et Twingo).

Posté le 12-06-2019 à 09:17:57 par Christophe

@steph
"PSA et Renault leur offre un boulevard en envisageant de supprimer leurs petites citadines"
Effectivement il y a des éléments qui laissent penser à cela :
- PSA : fin de l’accord avec Toyota en 2021 et revente de leur part dans l’usine - l’accord peut toutefois être renégocié,
- Renault : fin de l’accord avec Daimler pour la Smart, Daimler ayant revendu Smart pour le sortir de ses chiffres.

Une seule explication à cela : une 108 de 840 kg c’est 109 g en wltp et 4,8 l/100 km (beaucoup plus que ce que l’on peut faire sur parcours routiers avec cette voiture).
Les 840 kg sont très inférieures aux 1250 kg environ de masse moyenne de PSA.
Les 109 g sont très supérieures aux 91/92 g d’objectif de PSA (la masse moyenne de PSA étant inférieure à 1380 kg, l’objectif de PSA est inférieur aux 95 g).

Résultat des courses : pour toute 108/C1 vendue PSA va payer une pénalité de (109-92) × 95 = 1 615 € qui bien entendu n’est pas répercutable sur le tarif de vente du véhicule. Tout en se tirant une balle dans le pied en faisant baisser sa masse moyenne et donc son objectif.

C’est aberrant mais c’est le résultat de cette loi votée par nos chers députés européens. Le pire c’est que certains s’en disent fiers.

C’est pourtant pas compliqué de comprendre qu’une 108 moyenne européenne consommant moins de 4,8 l /100 km va émettre moins de CO2 au final sur sa durée de vie qu’un char d’assaut de 1750 kg (fusse-t-il électrique), comme elle va émettre moins de polluants (fusse-t-il électrique).

Les députés européens n’ont manifestement pas le courage de lutter contre le vrai fléau qu’est l’autosolisme, autosolisme au demeurant résultat de leurs propres politiques urbanistiques du tout voiture.



Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
Evènement partenaire
Journées AVEM de l'électro-mobilité
Journées AVEM de l'électro-mobilité
Du 26/09/2019 au 27/09/2019 - Cagnes-sur-Mer

L’AVEM organise sa troisième édition des Journées AVEM de l’électro-mobilité, qui aura lieu à Cagnes-sur-Mer les 26 & 27 septembre 2019. Cet événement permettra aux...
A lire également / sur le même thème Enedis accompagne la Métropole Nice Côte d’Azur dans sa transition énergétique
La Métropole Nice Côte d’Azur s’est résolument engagée dans la transition énergétique. Son Plan Climat Energie Territorial 2019-2025 doit lui permettre de s’inscrire...
La Honda e de série présentée à Francfort
Le salon international de l’automobile de Francfort fermera ses portes dimanche. Si plus que jamais, en raison de l’absence de nombreuses marques étrangères, le salon a...
Enedis, accompagnateur du développement de la mobilité électrique – L’exemple des Alpes-Maritimes
Les Journées AVEM de l’électro-mobilité se dérouleront les 26 et 27 septembre à Cagnes-sur-Mer. L’édition 2019 mettra particulièrement en lumière les défis, actuels et...
L’ID.3 dévoile son vrai visage à Francfort
L’ID.3 sera la vedette du Salon International de l’Automobile (IAA) de Francfort qui ouvre aujourd’hui ses portes au grand public et qui, cette année plus que jamais,...
O’Sol : une pépite azuréenne ouvre son capital
Créée en 2016 par 3 anciens étudiants ayant suivi un cursus d’ingénieur dans le domaine de l’aéronautique et du spatial, O’Sol développe des batteries intelligentes et...
 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact